Conclusion

Les pathologies cardiaques sont de plus en plus fréquentes. Les technologies qui viennent assister ou suppléer le cœur sont de plus en plus efficaces. Parmi ces techniques, les cœurs artificiels sont porteurs d’espoirs pour les patients en insuffisance cardiaque grave et irréversible et ne pouvant bénéficier d’une greffe du cœur, solution limitée par le manque de greffons cardiaques.

La technologie des cœurs artificiels connaît avec le CARMAT un véritable saut technologique dans le remplacement du cœur naturel par une machine. Le CARMAT se présentera probablement lors de sa mise sur le marché comme le cœur artificiel le plus élaboré par sa forme, sa régulation physiologique autonome et par la biocompatibilité des matériaux utilisés écartant en particulier le risque de rejet, la formation de caillots et lui conférant par conséquent une plus longue durabilité.

Au total, actuellement en l’état des technologies disponibles, avec les cœurs artificiels, on se rapproche du cœur naturel. Des progrès restent encore à faire notamment en ce qui concerne la durabilité et le confort du patient (batteries à autonomie limitée, alimentation électrique extérieure au corps...).

Le cœur artificiel constitue peut-être une nouvelle étape vers l’homme bionique, véritable schéma d’espoir mais aussi thème de réflexion éthique sur le sens de la vie.

Reste que la transplantation d’un cœur naturel constitue encore pour les patients la meilleure solution et le cœur artificiel est une technologie très sophistiquée qu’on ne mobilise qu’en raison du manque de greffons. De plus, le cœur naturel est porteur d’une symbolique forte que ne possédera jamais une machine.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site